www.faune-charente-maritime.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires naturalistes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Quelques cartes
       - 
Balbuzard pêcheur 2017
       - 
Bergeronnette printanière 2017
       - 
Cigogne noire 2017
       - 
Échasse blanche 2017
       - 
Gobemouche noir 2017
       - 
Hirondelle de fenêtre 2017
       - 
Hirondelle de rivage 2017
       - 
Huppe fasciée 2017
       - 
Moineau friquet 2017
       - 
Phragmite aquatique 2017
       - 
Pic noir 2017
       - 
Pouillot à grands sourcils 2017
       - 
Rougequeue à front blanc 2017
       - 
Rougequeue noir 2017
       - 
Spatule blanche 2017
       - 
Sterne naine 2017
       - 
Tarier des prés 2017
       - 
Campagnol amphibie 2017
       - 
Cerf élaphe 11-17
       - 
Chevreuil européen 10-17
       - 
Ecureuil roux 10-17
       - 
Genette commune 14-17
       - 
Lièvre d'Europe 15-17
       - 
Loir gris 13-17
       - 
Loutre d'Europe 08-17
       - 
Rhinolophus hipposideros 16-17
       - 
Cistude d'Europe 10-17
       - 
Couleuvre d'Esculape 08-17
       - 
Couleuvre vipérine 2017
       - 
Lézard vert occidental 2017
       - 
Alyte accoucheur 11-17
       - 
Alyte accoucheur 2017
       - 
Grenouille agile 2017
       - 
Grenouille rousse 14-17
       - 
Pélodyte ponctué 2017
       - 
Rainette verte 16-17
       - 
Anguille européenne 15-17
       - 
Poisson-chat 15-17
       - 
Belle-Dame 2017
       - 
Vulcain 2017
       - 
Moro-sphinx 13-17
       - 
Empuse pennée 12-17
       - 
Frelon asiatique 10-17
       - 
Rosalie des Alpes 13-17
       - 
Argiope frelon 12-17
       - 
Ecrevisse rouge de Louisiane 12-17
       - 
Troque élégante 14-17
 - 
Les galeries
Informations et aides
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Foire aux questions
  Statistiques d'utilisation
Consulter les cartes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Atlas communal
 - 
Cartes de présence
Faune et routes
 - 
Faune et route
 - 
Aménagements réalisés
 - 
Les actions 2013-2015
  Fiche d'identification
    - 
Fiches d'identification
    - 
Fiche 1 : fouine et martre
    - 
Fiche 2 - visons et putois
    - 
Fiche 3 - loutre et ragondin
    - 
Fiche 4 - grands mammifères
    - 
Fiche 5 - petits mammifères
    - 
Fiche 6 - grenouilles et crapauds
    - 
Fiche 7 - tritons et salamandre
    - 
Fiche 8 - serpents
    - 
Fiche 9 - tortues
    - 
Fiche 10 - buse et busards
    - 
Fiche 11 - autres rapaces
    - 
Fiche 12 - chouettes et hiboux
Mammifères
  Chauves-souris
    - 
Chauves-souris - présentation
    - 
Chauves-souris - SOS Chiro
    - 
Chauves-souris des milieux bâtis
    - 
Codes pour les chauves-souris
Oiseaux
  Oiseaux-identification
    - 
Oiseaux - identification
  Oiseaux bagués
    - 
Codes pour marquages colorés
    - 
Busards marqués
    - 
Limicoles bagués couleur
 - 
Comités d'Homologation (CHN-CHD)
 - 
Codes Atlas
Reptiles
Amphibiens
 - 
Amphibien - identification
 - 
Alyte accoucheur : enquête 2015-2016
Mollusques continentaux
Insectes
  Libellules
    - 
Libellules - présentation
    - 
Libellules de Charente-Maritime
  Orthoptères
    - 
Orthoptères - présentation
    - 
Orthoptères - identification
 - 
Mantes et phasme - présentation
 - 
Cigales - présentation
 - 
Coccinelles - présentation
Biodiversité
 - 
La biodiversité en Poitou-Charentes
Prise en main
 - 
Guide d'utilisation
 - 
Bonne conduite naturaliste
 - 
Code déontologie
La LPO
 - 
Aider la LPO
 - 
Etre bénévole
 - 
Protection d'espaces
 - 
Créer un refuge
Contacts
 - 
Contacts
Les liens

Libellules - présentation

A la découverte des libellules de Charente-Maritime

Les libellules rassemblent les demoiselles (zygoptères) et les vraies libellules (Anisoptères). A ce jour, 63 espèces ont été inventoriées en Charente-Maritime, dont 59 se reproduisent localement de façon certaine. Les libellules ont fait l'objet d'importants travaux d'inventaire aboutissant à la publication de l'Atlas des libellules de Charente-Maritime (2005) puis du Poitou-Charentes (2009).

Les caloptéryx : demoiselles aux ailes colorées

Les caloptéryx se reconnaissent facilement à leurs ailes colorées et à leur teinte aux reflets métalliques. Il existe trois espèces en Charente-Maritime : le Calopteryx vierge Calopteryx virgo meridionalis aux ailes colorées de bleu jusqu'à la pointe, le Caloptéryx éclatant Calopteryx splendens dont la coloration alaire forme une bande transversale et le Calptéryx hémorrhoidal Calopteryx haemorrhoidalis aux ailes sombres et au corps cuivré. Ces libellules sont catactéristiques des zones courantes. Elles ont un vol papillonnnant et sont à rechercher dans les zones ensoleillée et végétalisées en bordure de ruisseaux ou de petites rivières. Il est toutefois possible d'observer ponctuellement quelques individus en déplacement dans des milieux atypiques.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Calvirmer028cut.JPG

Le Caloptéryx vierge est une libellule typique des ruisseaux à courant assez rapide (cliché Philippe Jourde).

 

Les lestes : des corps métalliques, des pruinosités azurées

Les lestes sont les seules demoiselles à étaler leurs ailes. Ce sont des spécialistes des milieux temporaires. Les femelles pondent leurs oeufs dans des tiges de joncs, voire dans des branchettes pour le Leste vert, et les larves tombent dans l'eau en fin d'hiver. En Charente-Maritime, vivent les Lestes vert Lestes viridis, verdoyant L. virens, dryade L. dryas et à grands stigmas L. macrostigma. Le Leste à grands stigmas est une des espèces les plus patrimoniales de Charente-Maritime. Il est inféodé aux scirpaies maritimes des marais saumâtres et est devenu très rare à l'échelle mondiale du fait de la disparition de nombreux marais salés. Le Leste fiancé L. sponsa, connu autrefois de Charente-Maritime, n'a pas été revu depuis plusieurs années de façon certaine. C'est une espèce à rechercher en priorité. La Brunette hivernale Sympecma fusca diffère sensiblement des autres lestes. Elles a la couleur d'une branchette et passe l'hiver à l'état imaginal.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Lesmac054.jpg

Inféodé aux marais saumâtres, le Leste à grands stigmas est rare et localisé (cliché Philippe Jourde).

 

Les pennipattes : des demoiselles aux pattes en forme de plume

Il est facile de reconnaître les pennipattes mâles à l'épaississement de leur tibias en forme de penne (plume). Il existe trois espèces assez largement répandues en Charente-Maritime : le Pennipatte orangé Platycnemis acutipennis des milieux stagnants, le Pennipatte bleuâtre P. pennipes des milieux courants et le Pennipatte blanchâtre P. latipes caractéristique des rivières à courant lent. Les mâles paradent d'un vol oscillant. On les trouve facilement le long des berges riches en végétation.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Plapen094light.jpg

Coeur de Pennipatte bleuâtre (cliché Philippe Jourde).

 

Agrions, naïades et portecoupes, le monde des petites bleues

La familles des agrions rassemble de nombreuses demoiselles bleues et quelques espèces rouges. Leur identification est parfois délicate mais avec un peu d'expérience, la plupart des espèces s'identifient facilement. Cette famille est composée de 8 espèces en Charente-Maritime mais l'Agrion joli Coenagrion pulchellum semble avoir disparu récemment du département. Les ischnures forment un petit groupe à part. On les reconnaît à leur ptérostigma bicolore (tache colorée près de l'extrémité des ailes). En fonction de leur degré de maturité, les ischnures présentent des colorations très diverses allant de l'orange au violet.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Coemer010cut.JPG

L'Agrion de Mercure est protégé au niveau national et européen. Cette espèce des ruisseaux d'eau pure souffre de l'assèchement chronique des cours d'eau (cliché Philippe Jourde).

 

Les aeschnes, force et vitesse

Les aeschnes sont des libellules puissantes, généralement de grande taille. On trouve neuf espèces en Charente-Maritime dont une n'est connue qu'en tant que migratrice (Anax porte-selle Anax ephippiger). Les mâles des aeschnes sont vivement colorées mais les femelles présentent un camouflage remarquable qui leur permet notamment de pondre en toute tranquilité. L'aeschne la plus commune est l'Anax empereur Anax imperator que l'on observe dans de nombreux points d'eau, parfois très récents, ainsi que le long des parties lentes des cours d'eau. Le Spectre paisible Boyeria irene est une des rare libellule à voler de nuit. On l'entrevoit parfois au clair de lune chasser au-dessus des petits cours d'eau.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Anaimp012light.JPG

L'Anax empereur est sans doute une des premières libellules à coloniser les nouvelles mares (cliché Philippe Jourde).

 

Les gomphes et onychogomphes, des flèches noir et jaune au ras de l'eau

Six espèces de gomphidés ont été inventoriés à ce jour en Charente-Maritime. Toutes sauf une sont liées aux cours d'eau, qu'ils soient lents et larges (Gomphe de Graslin Gomphus graslini) ou rapides et étroits (Gomphe vulgaire Gomphus vulgatissimus). Les onycogomphes, que l'on reconnait à leur cerques en forme de crochets, vivent tous deux au niveau des accélérations des cours d'eau.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Onyfor088.JPG

L'Onychogomphe à pinces chasse à l'affût, perché près de l'eau et capture ses proies après un vol foudroyant (cliché Philippe Jourde).

 

Cordulegastre, la puissance et la grace

Le Cordulégastre annelé Cordulegaster boltonii  est une espèce puissante, noire annelée de jaune, qui sillonne les petits cours d'eau et les ruisselets. La femelle est dotée d'une sorte de stylet à la pointe de son abdomen qui lui permet de déposer ses oeufs en vol, dans les sédiments, en frappant les limons à la verticale.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Corbol090light.JPG

Le Cordulégastre annelé est une des plus grande libellule de Charente-Maritime (cliché Philippe Jourde).

 

Macromie, cordulies et chlorocordulies : une cuirasse métallique et des yeux incroyables

Les cinq espèces de Charente-Maritime sont toutes colorées d'un vert à reflets métalliques remarquables. La rare Macromie splendide Macromia spledens et la belle Oxycordulie à corps fin Oxygastra curtisii fréquentent les grandes rivières à cours lents. Les cordulies (Cordulia aenea, Somatochlora metallica et S. flavomaculata) vivent dans les mares d'eau pure, les tourbières ou les bas-marais. Elles sont très localisées, rares et menacées en Charente-Maritime.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Sommet100light.jpg

En moulant la musculature de l'insecte, le thorax de la Chlorocordulie métallique rappelle les cuirasses romaines (cliché P. Jourde).

 

Leucorrhine : une espèce au bord de l'extinction

Si trois espèces vivent en Poitou-Charentes, seule la Leucorrhine à front blanc Leucorrhinia albifrons possède des populations établies. Rarissime, cette libellule n'est connue que dans quelques réseaux de mares et d'étangs du sud du département. Liée à des eaux de grande qualité et pauvres en nutriments, cette espèce est gravement menacée, d'autant que les populations les plus proches se trouvent à une distance considérable.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Leualb.jpg

La Leucorrhine à front blanc est une des espèces les plus menacée de Charente-Maritime (cliché Philippe Jourde).

 

Les libellules et orthétrums bleus ou fauves

Libellules vraies et ortétrums sont au nombre de sept. Les Libellules fauve Libellula fulva, déprimées L. drepressa et à quatre taches L. quadrimaculata étaient encore banales il y a quelques années. Leurs populations ont fortement décliné, notamment du fait de l'assèchement chronique des cours d'eau et de la disparititon de la végétation aquatique induite par l'introduction de l'Ecrevisse de Louisiane. Les orthétrums dont les larves vivent enfouies dans les sédiments résistement mieux à la prédation du crustacé et demeurent encore largement répartis.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Libqua20110603.JPG

La Libellule à quatre tâches est en réalité ponctuée de dix taches alaires noires (cliché Philippe Jourde).

 

Les libellules rouges et oranges

Ce groupe de libellules rassemblent quatre espèces de sympétrums et un crocothémis. Une cinquième espèce, le Sympétrum vulgaire Sympetrum vulgatum semble avoir disparu du département. Des populations relictuelles, ou plus vraisemblablement des individus erratiques, pourraient être découverts à l'occasion de recherches assidues. Chaque automne, des millions de sympétrums entreprennent des vols "migratoires" le long du littoral. Durant des jours, les insectes volent face au vent, se reproduisant dans tous les points d'eau rencontrés.

Le Crocothémis écarlate Crocothemis erythraea est une belle espèce des milieux stagnants. On la reconnait notamment à la tache orangée de la base de ses ailes postérieures et à sa coloration rouge homogène (les femelles sont jaunâtres).

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Croery038cut.JPG

Le Crocothémis écarlate est une des libellules les plus facile à reconnaître (cliché Philippe Jourde).

 

Le Trithémis annelé, espèce à chercher

Le Trithémis annelé Trithemis annulata est une libellule d'origine africaine. Découverte dans le sud de l'Espagne en 1978, elle poursuit sa progression vers le nord et apparaît en France continentale en 1994. Depuis cette date, l'espèce s'est bien implantée dans le Sud-Ouest, notament en Gironde.

Le Trithémis annelé a été découverte en Charente-Maritime en 2005, dans la commune de Saint-Bonnet-sur-Gironde. Il colonise actuellement le département et est désormais présent jusqu'à la région de Rochefort. Il faut le chercher dans des pièces d'eau stagnantes : étangs, sablières, stations de lagunage... Cette libellule est active dès la mi-juin mais le pic d'activité culmine en septembre. Les derniers individus volent jusqu'en octobre.

Le mâle de Trithémis annelé se reconnaît facilement à sa teinte rose vineux, sa face purpurine, ses nervures rouges et la base de ses ailes ambrées. La femelle est jaunatre et a la base des ailes vivement tachée de jaune-orange.

http://files.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Odo/Triann018.JPG

Le Trithémis annelé se reconnaît facilement à sa coloration rose vineux (cliché Philippe Jourde).

 

Contribuer à l'inventaire des libellules de Charente-Mariitme

Faune-Charente-Maritime et l'application mobile NaturaList proposent un masque de saisie dédié aux libellules. Ils permettent de pointer facilement et rapidement vos observations sur une carte de Charente-Maritime et ainsi de contribuer efficacement à l'accroissement des connaissances et à la protection de ces espèces.

 

Dossier rédigé par Philippe Jourde - 01/09/2011

actualisé le 21/08/2017


LPO en Charente-Maritime
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017