www.faune-charente-maritime.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires naturalistes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Quelques cartes
       - 
Balbuzard pêcheur 2017
       - 
Bergeronnette printanière 2017
       - 
Cigogne noire 2017
       - 
Échasse blanche 2017
       - 
Gobemouche noir 2017
       - 
Hirondelle de fenêtre 2017
       - 
Hirondelle de rivage 2017
       - 
Huppe fasciée 2017
       - 
Moineau friquet 2017
       - 
Phragmite aquatique 2017
       - 
Pic noir 2017
       - 
Pouillot à grands sourcils 2017
       - 
Rougequeue à front blanc 2017
       - 
Rougequeue noir 2017
       - 
Spatule blanche 2017
       - 
Sterne naine 2017
       - 
Tarier des prés 2017
       - 
Campagnol amphibie 2017
       - 
Cerf élaphe 11-17
       - 
Chevreuil européen 10-17
       - 
Ecureuil roux 10-17
       - 
Genette commune 14-17
       - 
Lièvre d'Europe 15-17
       - 
Loir gris 13-17
       - 
Loutre d'Europe 08-17
       - 
Rhinolophus hipposideros 16-17
       - 
Cistude d'Europe 10-17
       - 
Couleuvre d'Esculape 08-17
       - 
Couleuvre vipérine 2017
       - 
Lézard vert occidental 2017
       - 
Alyte accoucheur 11-17
       - 
Alyte accoucheur 2017
       - 
Grenouille agile 2017
       - 
Grenouille rousse 14-17
       - 
Pélodyte ponctué 2017
       - 
Rainette verte 16-17
       - 
Anguille européenne 15-17
       - 
Poisson-chat 15-17
       - 
Belle-Dame 2017
       - 
Vulcain 2017
       - 
Moro-sphinx 13-17
       - 
Empuse pennée 12-17
       - 
Frelon asiatique 10-17
       - 
Rosalie des Alpes 13-17
       - 
Argiope frelon 12-17
       - 
Ecrevisse rouge de Louisiane 12-17
       - 
Troque élégante 14-17
 - 
Les galeries
Informations et aides
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Foire aux questions
  Statistiques d'utilisation
Consulter les cartes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Atlas communal
 - 
Cartes de présence
Faune et routes
 - 
Faune et route
 - 
Aménagements réalisés
 - 
Les actions 2013-2015
  Fiche d'identification
    - 
Fiches d'identification
    - 
Fiche 1 : fouine et martre
    - 
Fiche 2 - visons et putois
    - 
Fiche 3 - loutre et ragondin
    - 
Fiche 4 - grands mammifères
    - 
Fiche 5 - petits mammifères
    - 
Fiche 6 - grenouilles et crapauds
    - 
Fiche 7 - tritons et salamandre
    - 
Fiche 8 - serpents
    - 
Fiche 9 - tortues
    - 
Fiche 10 - buse et busards
    - 
Fiche 11 - autres rapaces
    - 
Fiche 12 - chouettes et hiboux
Mammifères
  Chauves-souris
    - 
Chauves-souris - présentation
    - 
Chauves-souris - SOS Chiro
    - 
Chauves-souris des milieux bâtis
    - 
Codes pour les chauves-souris
Oiseaux
  Oiseaux-identification
    - 
Oiseaux - identification
  Oiseaux bagués
    - 
Codes pour marquages colorés
    - 
Busards marqués
    - 
Limicoles bagués couleur
 - 
Comités d'Homologation (CHN-CHD)
 - 
Codes Atlas
Reptiles
Amphibiens
 - 
Amphibien - identification
 - 
Alyte accoucheur : enquête 2015-2016
Mollusques continentaux
Insectes
  Libellules
    - 
Libellules - présentation
    - 
Libellules de Charente-Maritime
  Orthoptères
    - 
Orthoptères - présentation
    - 
Orthoptères - identification
 - 
Mantes et phasme - présentation
 - 
Cigales - présentation
 - 
Coccinelles - présentation
Biodiversité
 - 
La biodiversité en Poitou-Charentes
Prise en main
 - 
Guide d'utilisation
 - 
Bonne conduite naturaliste
 - 
Code déontologie
La LPO
 - 
Aider la LPO
 - 
Etre bénévole
 - 
Protection d'espaces
 - 
Créer un refuge
Contacts
 - 
Contacts
Les liens

Mantes et phasme - présentation

Les mantes et phasme de Charente-Maritime


La Charente-Maritime n'abrite qu'une espèce de phasme, le Phasme gaulois, et deux espèces de mantes : la Mante religieuse et l'Empuse pennée. Ces espèces se distinguent facilement. Nous vous proposerons une aide à la détermination des oothèques, des larves et des adultes.


La famille des Mantidés se compose d’insectes carnivores à tête triangulaire avec des yeux largement espacés et des pattes antérieures ravisseuses, en crochet, qui leur permettent de capturer leurs proies. Chez cette famille, le dimorphisme sexuel est relativement marqué. Le mâle se caractérise par un abdomen fin et relativement grêle. Chez la femelle, il est généralement, plus épais et volumineux, notamment juste avant la ponte. Les jeunes mantes ressemblent aux adultes. Seules les ailes ne sont pas développées. Il faut une dizaine de mue à la larve pour devenir mature. Le comportement reproducteur est remarquable chez les mantes. Les mâles se font souvent dévorer par les femelles qu’ils fécondent. Après l’accouplement, les futures mères construisent une oothèque dans laquelle elles vont pondre leurs œufs, à l’aide d’une substance proche de la soie, qui va être brassée et arrangée par les valves génitales pour former une enveloppe structurée d’alvéoles symétriques, où sont logés les œufs. Au contact de l’air, cette oothèque, qui peut être de tailles et de formes différentes selon les espèces, va rapidement se durcir et protéger les œufs des prédateurs et des rigueurs de l’hiver.
 

Mante religieuse Mantis religiosa – Cliché : Philippe Jourde Mante religieuse Mantis religiosa - Cliché PJ


Détermination des adultes

La Mante religieuse Mantis religiosa se différencie de l’Empuse pennée Empusa pennata par une tache noire tachetée de blanc sur la face interne de ses pattes antérieures. L’Empuse pennée se distingue quant à elle par un abdomen fin et des fémurs antérieurs et postérieurs lobés à la pointe et une tête avec en son sommet une excroissance conique et de longues antennes pectinées (en forme de peigne) pour les mâles adultes.

 

Mante religieuse Mantis religiosa adulte – Cliché : Philippe Jourde Mante religieuse Mantis religiosa adulte -
Cliché PJ
Empuse pennée Empusa pennata adulte – Cliché : Réjane Pâquereau Empuse pennée Empusa pennata  adulte -
Cliché Réjane Pâquereau

 

Détermination des jeunes

Les larves ressemblent à des adultes de petite taille, mais contrairement à eux, elles possèdent des fourreaux protégeant leurs futures ailes. Les larves d’Empuse pennée se différencient des adultes par un abdomen relevé.

 

Larve de Mante religieuse Mantis religiosa – Cliché : Philippe Jourde Larve de Mante religieuse Mantis religiosa -
Cliché PJ
Larve d'Empuse pennée Empusa pennata – Cliché : Olivier Roques Larve d'Empuse pennée Empusa pennata  -
Cliché Olivier Roques

 

Détermination des oothèques

Quelques jours ou quelques semaines après l’accouplement, les mantes vont pondre leurs œufs de façon alignée dans une oothèque pour la Mante religieuse ou plusieurs oothèques pour l’Empuse pennée, sur une tige, un tronc ou une pierre. L’oothèque de la Mante religieuse, de couleur brun jaunâtre, est plus grande (2 x 4 cm) et peut contenir jusqu’à 300 œufs. Celle de l’Empuse pennée se termine par un long filament et est de petite taille (1-2 cm). Elle contient d’une dizaine à une cinquantaine d’œufs. Après éclosion, l'oothèque vide peut persister plusieurs années en place.
 

Oothèque de Mante religieuse Mantis religiosa – Cliché : Philippe Jourde Oothèque de Mante religieuse Mantis religiosa  -
Cliché PJ
Oothèque d'Empuse pennée Empusa pennata – Cliché : Dominique Ceylo Oothèque d'Empuse pennée Empusa pennata -
Cliché Dominique Ceylo

 

Comment, quand et où trouver les mantes ?

Les meilleurs moyens pour trouver les mantes sont le battage des herbes, la prospection à vue le long des haies, la recherche des oothèques en soulevant des pierres, en regardant sur les côtés abrités et en cherchant au pied des poteaux de clôtures.

La Mante religieuse est une espèce peu exigeante quant à ses habitats. Elle fréquente généralement les prairies, les marges des fourrés et les buissons de zones découvertes et ensoleillées. Les adultes peuvent être observés facilement de juillet à novembre, les oothèques toute l’année et les larves de juillet à août.

L’Empuse pennée fréquente généralement des milieux secs et ensoleillés à végétation basse, tels que les pelouses calcaires et les dunes. La Charente-Maritime se situe en limite nord de son aire de répartition. Les adultes peuvent être observés de mai à octobre, les oothèques toute l’année ainsi que les larves excepté durant la période de reproduction en mai-juin.

 

Leurs statuts et répartitions en Charente-Maritime

L’Empuse pennée est une espèce méditerranéenne peu fréquente et localisée en Charente-Maritime. Elle est présente en Saintonge, qur les coteaux de Gironde, dans les dunes de la prequ'île d'Arvert et de l'île d'Oléron. 0 l'intérieur des terres ses populations sont généralement isolées.

La Mante religieuse est présente dans tout le département, îles comprises.
 

Lieux d'observations de l'Empuse pennée entre 2012 et 2016 en Charente-Maritime Lieux d'observations de l'Empuse pennée entre 2012 et 2016 en Charente-Maritime.

 

A ne pas confondre avec la Mantispe commune

Attention à ne pas confondre la Mantispe commune Mantispa styriaca, de l’ordre des Névroptères avec les mantes. La Mantispe commune ou païenne est un petit insecte, peu fréquent, d’une dizaine de millimètres de long, similaire à une minuscule mante avec ses pattes ravisseuses particulièrement développées adaptées à la capture des proies. Elle peut facilement se différencier des mantes par la position de ses ailes en forme de toit, au-dessus de l’abdomen. Elles sont par ailleurs transparentes et non recouvertes d’élytres. La Mantispe apparaît en été dans les milieux chauds et secs sur les arbres, buissons et hautes herbes.

 

Mantispe commune Mantispa styriaca - Cliché : Genevieve Charles Mantispe commune Mantispa styriaca - Cliché Genevieve Charles


Le Phasme gaulois

Le Phasme gaulois Clonopsis gallica, qui ressemble à une brindille de 7 cm à l'état adulte. Il s'agit d'une insecte végétarien, de couleur variable allant du brun au vert, généralement liseré d'une ligne blanchâtre le long du corps. Il possède des antennes composées de 12 articles irréguliers et un thorax souvent granuleux. Chez cette espèce, la reproduction se fait en l’absence de mâle. Les femelles sont capables de s'autoféconder et pondent quelques dizaines d’œufs noirs d’environ 2 mm. Ils tombent par terre et resteront pendant un an ou plus sur le sol avant d’éclore au printemps. Durant cette période, ils peuvent résister à une déshydratation complète et aux rayonnements. Le Phasme gaulois se tient souvent dans des ronciers, des haies d’aubépines, mais s’observe aussi dans les prairies.
 

Phasme gaulois Clonopsis gallica  – Cliché : Philippe Jourde Phasme gaulois Clonopsis gallica – Cliché PJ

Phasme gaulois Clonopsis gallica  – Cliché : Philippe Jourde Phasme gaulois Clonopsis gallica – Cliché PJ

 

Dossier rédigé par Clémentine Gaboriaud et Philippe Jourde le 28/02/2017.


LPO en Charente-Maritime
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017