www.faune-charente-maritime.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires naturalistes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Quelques cartes
       - 
Bécasseau de Temminck 2018
       - 
Courlis corlieu 2018
       - 
Gobemouche noir 2018
       - 
Moineau friquet 2018
       - 
Phragmite aquatique 2018
       - 
Pouillot fitis 2018
       - 
Rougequeue à front blanc 2018
       - 
Spatule blanche 18-19
       - 
Tarier des prés 2018
       - 
Campagnol amphibie 17-18
       - 
Chevreuil européen 10-18
       - 
Crossope aquatique 15-18
       - 
Genette commune 14-18
       - 
Grand Rhinolophe 17-18
       - 
Lièvre d'Europe 15-18
       - 
Loutre d'Europe 08-18
       - 
Ragondin 15-18
       - 
Grenouille agile 15-18
       - 
Grenouille rousse 14-18
       - 
Anguille européenne 15-18
       - 
Poisson-chat 15-18
       - 
Grillon noirâtre 16-18
       - 
Grillon des torrents 12-18
       - 
Trithémis pourpré 11-18
       - 
Découpure 17-18
       - 
Vulcain 2018
       - 
Frelon asiatique 10-18
       - 
Argiope frelon 12-18
       - 
Ecrevisse rouge de Louisiane 12-18
       - 
Troque élégante 14-18
 - 
Les galeries
Informations et aides
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Foire aux questions
  Statistiques d'utilisation
Consulter les cartes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Atlas communal
 - 
Cartes de présence
Faune et routes
 - 
Faune et route
 - 
Aménagements réalisés
 - 
Les actions 2013-2015
  Fiche d'identification
    - 
Fiches d'identification
    - 
Fiche 1 : fouine et martre
    - 
Fiche 2 - visons et putois
    - 
Fiche 3 - loutre et ragondin
    - 
Fiche 4 - grands mammifères
    - 
Fiche 5 - petits mammifères
    - 
Fiche 6 - grenouilles et crapauds
    - 
Fiche 7 - tritons et salamandre
    - 
Fiche 8 - serpents
    - 
Fiche 9 - tortues
    - 
Fiche 10 - buse et busards
    - 
Fiche 11 - autres rapaces
    - 
Fiche 12 - chouettes et hiboux
Mammifères
 - 
Liste rouge régionale
  Chauves-souris
    - 
Chauves-souris - présentation
    - 
Chauves-souris - SOS Chiro
    - 
Chauves-souris des milieux bâtis
    - 
Codes pour les chauves-souris
Oiseaux
  Oiseaux-identification
    - 
Oiseaux - identification
  Oiseaux bagués
    - 
Codes pour marquages colorés
    - 
Limicoles bagués couleur
 - 
Observatoire rapaces diurnes (2018)
 - 
Comités d'Homologation (CHN-CHD)
 - 
Codes Atlas
Reptiles
Amphibiens
 - 
Amphibien - identification
 - 
Alyte accoucheur : enquête 2015-2016
Mollusques continentaux
Insectes
  Libellules
    - 
Libellules - présentation
    - 
Libellules de Charente-Maritime
  Orthoptères
    - 
Orthoptères - présentation
    - 
Orthoptères - identification
 - 
Mantes et phasme - présentation
 - 
Cigales - présentation
 - 
Coccinelles - présentation
Biodiversité
 - 
La biodiversité en Poitou-Charentes
Prise en main
 - 
Guide d'utilisation
 - 
Bonne conduite naturaliste
 - 
Code déontologie
La LPO
 - 
Aider la LPO
 - 
Etre bénévole
 - 
Protection d'espaces
 - 
Créer un refuge
Contacts
 - 
Contacts
Les liens

Cigales - présentation

Les Cigales de Charente-Maritime

Bien que connues de tous et étudiées depuis plusieurs siècles par les naturalistes, les cigales ont récemment fait l'objet de passionnantes recherches, notamment acoustiques, qui ont révélé la présence de nouvelles espèces en France métropolitaine.

Les cigales sont de gros insectes de l'ordre des Hémiptères et de la famille des Cicadidés. Elles se nourrissent de sève qu'elles aspirent à l'aide d'un rostre puissant qu'elles enfoncent dans l'écorce des végétaux. Les larves se développenent dans le sol, se tenant près des racines des arbres ou des arbustes. Elles peuvent y passer plusieurs années, à creuser des galeries à l'aide de leurs pattes antérieures fouisseuses. Les adultes mènent une brève vie aérienne.

A ce jour, trois espèces ont été inventoriées en Charente-Maritime sur les 20 présences en France métropolaines, mais l'inventaire n'est sans doute pas clos...

La Cigale grise Cicada orni (L., 1858)

Cette espèce méridionale semble en progression vers le nord. La Charente-Maritime abrite d'importantes populations dans les boisements littoraux de pins maritimes. Sa présence est avérée en forêt de la Coubre, mais l'espèce est aussi signalée dans les pinèdes des îles de Ré et d'Oléron.

Cette cigale est facile à déterminer. Longue de 3 cm (4 cm avec les ailes), elle est recouverte d'une pilosité grise. Ses ailes sont ponctuées de taches noires ou fumées.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Cigales/CicadaorniTrembladedune20110715PJ00217rogne.jpg

La Cigale grise se reconnaît à sa couleur générale, ses taches sur les ailes et son chant caractéristique (cliché PJ).

C'est cependant à l'oreille qu'on la repère et la reconnaît le plus facilement. La cymbalisation, très puissante, est comprise entre 4,3 et 5,5 kHz. C'est une série de rapides "Kri kri kri kri kri" dont les syllabes sont nettement différenciées (cf. galerie sonore de Faune-Charente-Maritime : rubrique "Consulter/Les galeries/Cigales/Tous les sons"). C'est le chant typique de la cigale provençale ! Elle s'observe entre juin et août.

La Cigale rouge Tibicina haematodes

Cette grande et puissante espèce a très largement étendue son aire de répartition en France et en Charente-Maritime durant les dernières décennies. Au plan national, elle atteint désormais l'Ile de France. Localement, elle est aujourd'hui commune dans les parcs des grandes villes (La Rochelle, Rochefort, Saintes, Jonzac) et ses émissions sonores peuvent être repérées dans les arbres bordant de nombreux axes routiers.  La Cigale rouge est désormais tout aussi répandue dans les jardins, parfois de petite taille, à condition qu'il y ait quelques arbres.

Cette espèce se reconnaît à sa taille (3 cm pour le corps, plus de 4 cm en comptant les ailes) et à ses nervures rouge orangé (parfois vertes). Les premières émergences sont notées autour de mi-juin (date la plus précoce actuellement en Charente-Maritime le 6 juin). Les derniers "chanteurs" sont notés fin août.

La cymbalisation s'entend à plusieurs centaines de mètres. Après un démarage hésitant, c'est une stridulation longue et continue, si puissante qu'elle est détectable dans le bruit de la circulation routière (cf. galerie sonore de Faune-Charente-Maritime : rubrique "Consulter/Les galeries/Cigales/Tous les sons").

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-charente-maritime.org/userfiles/Cigales/Tibicinahaematodes060.jpg

Les jeunes Cigales rouges fraichement émergées ont les nervures alaires vertes (cliché PJ).

La Cigale argentée Tettigettalna argentata (Olivier, 1790)

Cette espèce est de petite taille : 18 mm de corps, 21 mm avec les ailes. L'étude de la nervation alaire demeure le meilleur critère de détermination morphologique mais c'est une fois encore à l'oreille qu'on localisera et déterminera le plus facilement cette cigale. La cymbalisation est aigüe. C'est une longue succession de notes détachées, rappelant la stridulation d'une sauterelle (cf. galerie sonore de Faune-Charente-Maritime : rubrique Consulter/Les galeries/Cigales/Tous les sons).

Le petit monde des Cicadetta

Les cigales du genre Cicadetta étaient jusqu’à récemment considérées comme appartenant toutes à l'espèce Cicadetta montana (Scopoli, 1772). Des études bioacoustiques menées dans les années 2000 ont permis de dissocier cinq espèces distinctes au sein de ce taxon.

Toutes ont donc des cymbalisations qui diffèrent nettement, mais leurs fréquences sont supérieures à 12 kHz et donc uniquement audibles par les jeunes naturalistes... L'utilisation de détecteurs d'ultrasons facilite grandement de repérage et l'identification de ces petites cigales morphologiquement très semblables. L'inventaire des Cicadetta de Charente-Maritime reste à mener ainsi que l'étude fine de leur répartition.

Les espèces dont la présence départementale est probable

La Cigalette pygmée Tettigettula pygmea (Olivier, 1790) est la plus petite cigale de France. Elle ne mesure que 13 mm de corps (20 mm avec les ailes). Elle est signalée en Dordogne et en Gironde. Hormis la taille, des critères de nervation permettent de déterminer cette espèce de façon fiable mais, comme chez toutes les cigales, les cymbalisations demeurent le mode de plus simple de repérage et d'identification.

Contribuer à l'inventaire des cigales de Charente-Maritime

Faune-Charente-Maritime propose un module de saisie dédié aux cigales tant sur la plateforme VisioNature que sur l'application pour smartphones androïdes : NaturaList.

Il est recommandé de joindre images et enregistrements aux données des espèces les moins fréquentes. La validation des données de nouvelles espèces ne pourra se faire que sur des informations documentées.

Quand, où et comment rechercher les cigales

C'est à partir de début juin que la prospection des cigales peut débuter. Même si les Cigales rouge et grises seront plus fréquentes plus tard, il est possible d'observer toutes les espèces durant la seconde quinzaine de juin. Les deux grandes espèces peuvent dès lors être détectées jusqu'au coeur de l'été.

La recherche se fait essentiellement à l'oreille car les cymbalisations permettent une identification fiable chez toutes les espèces. Pour documenter sa donnée, on pourra enregistrer le "chant" des cigales à l'aide d'un dictaphone, d'un téléphone, voire du mode vidéo d'un appareil photo. Vos enregistrements pourront alors être comparés à ceux de la galerie de sons de Faune-Charente-Maritime. Des enregistrements seront indispensables pour faire valider les mentions de Cicadetta spp.

Les cigales doivent être recherchées dans les pelouses sèches parsemées de fourrés et d'arbres isolés (Cigale argentée, Cicadetta) ou dans des milieux boisés lâches, laissant passer la lumière (Cigales grise et rouge).

Dossier rédigé par Philippe Jourde, le 20/12/2014.


LPO en Charente-Maritime
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018